Skip to content

La race Charmoise

[Les origines] [Son utilisation] [Une vidéo]

Les origines de la race

Créée dans le Loir-et-Cher par MALINGIE à la fin du XVIIIème siècle, la race « Charmoise » a pratiquement disparu du paysage jusque dans les années 1920. Le renouveau initié par le marquis GARNIER de BOISGROLLIER, mon grand-père paternel, ingénieur agricole, le Baron REILLE-SOULT, Monsieur Gaspard de TAVEAU ainsi qu’une association d’éleveurs a recréé cette race pour le Montmorillonnais. Cette zone très humide l’hiver et très sèche l’été, particulièrement pauvre, permettait malgré tout de nourrir des Charmoises. mouton charmoise - chantdoiseau

Aujourd’hui, l’élevage de BOISGROLLIER (SCEA FERME DE CHANTDOISEAU) se poursuit avec Sophie GARNIER de BOISGROLLIER qui mène un troupeau de 600 mères, en schéma de sélection (inscrites au livre des origines).

Il s’agit d’une race rustique qui valorise les ressources fourragères de faible valeur énergétique et se contente de peu.

Sa rusticité, son désaisonnement naturel, sa conformation et la qualité de la viande exceptionnelle sont les principales qualités de cette race à menée économique.

Son utilisation aujourd’hui

La facilité des agnelages rend possible l’utilisation des béliers de race « Charmoise » pour la lutte des agnelles de toutes races. Cette utilisation permet de conforter la qualité bouchère et la conformation des races montées.

Cette race dessaisonnant naturellement permet trois agnelages sur deux ans, elle permet également de fournir des agneaux pour le 4ème trimestre.

Dans notre exploitation, la monte est faite uniquement en lutte naturelle.

Notre rendement poids vif/poids de carcasse est supérieur à 50 % pour un poids de carcasse d’environ 18 kilos à l’abattage.

La charmoise en vidéo


.

Publicités
%d blogueurs aiment cette page :